Il y aura du mouvement, beaucoup de mouvement ce matin sur la place Saint-Marc et autour. Les travailleurs et les étudiants de GKN se sont unis pour revendiquer leurs droits. « Ce n’est pas une grève étudiante – explique le collectif d’usine GKN – de « demander simplement des loisirs », comme nous l’avons entendu (cependant les loisirs sont un droit sacro-saint). C’est une grève étudiante avec une plate-forme complète et complexe pour le droit d’étudier. C’est une génération qui, après la pandémie, relève la tête et se lève. Il le fait pour lui-même, il le fait pour Gkn, il le fait pour l’avenir de chacun.

Et Gkn continue sa mobilisation. Exiger le continentdintornijmuita productif et de l’emploi, exiger une loi anti-délocalisation contre toute tromperie, contre tout chantage. Et il le fait en convergeant sur ce même carré. Elle le fait pour elle-même, pour les étudiants qui travaillent de demain, elle le fait pour l’avenir de tous.Et ensemble, nous sommes une grève générale qui invite toutes les autres réalités de travail en conflit à converger, toutes les autres réalités de la ville dans la solidarité et la lutte pour l’environnement, pour les questions de genre. Faites-le pour vous, faites-le pour l’avenir de chacun.Nous sommes des communautés. C’est notre usine, ce sont nos écoles et universités, c’est notre environnement, ce sont nos relations sociales.Et cette communauté ne se souvient plus où se trouve la frontière. Il sait seulement où se trouve l’horizon.Florence, comme je te le demande. Demain h 9.00 Place Saint-Marc.#survenir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.