Spectacles, expositions, rencontres, lectures. Mais aussi l’inauguration de nouveaux bancs rouges dans les jardins et les parcs, l’éclairage du rouge des portes historiques de la ville et une myriade d’événements dans les cinq quartiers: il y a de nombreuses et diverses initiatives organisées jusqu’au 25 Novembre – Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, pour sensibiliser, enquêter, analyser et changer la réalité.

“Les restrictions et limitations résultant de la pandémie n’ont pas réduit la nécessité et le désir de notre ville de s’opposer de toutes les manières à la violence sur les femmes”, a déclaré le conseiller droits et égalité des chances pour le Bienheureux Albanais présentant les initiatives avec Sergio Risaliti, directeur artistique du Musée du XXe siècle, et les présidents des cinq arrondissements de Florence Maurizio Sguanci (Q1), Michele Pierguidi (Q2), Serena Perini (Q3), Mirko Dormentoni (Q4) et Christian Dance (Q5).

« Donc pour cette année 2021, nous avons mis en place un programme riche qui vise à sensibiliser, informer et faire réfléchir sur un thème toujours d’actualité comme la violence contre les femmes. Les femmes victimes de violence ne doivent pas se sentir seules, elles ont besoin de notre soutien: nous essayons de les aider à signaler et nous voulons sensibiliser toute notre communauté et informer pour prévenir la violence. Grâce à la collaboration entre institutions et associations, nous travaillons à garantir aux victimes de violence un réseau de protection solide ”.

Avec la collaboration du Musée du XXe siècle, des Bibliothèques, d’Amnesty International, du Festival des Droits et de nombreuses associations, le département des droits et de l’égalité des chances et les cinq quartiers de Florence ont donné lieu à un large éventail d’initiatives qui ne s’épuisent pas dans la journée du 25 novembre, mais se poursuivent dans les jours et les semaines qui suivent.

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le Musée du XXe siècle renouvelle son engagement dans la lutte contre les discriminations sexistes à travers le témoignage des vers d’Anna Akhmatova, Sylvia Plath, Antonia et Anne Sexton, parmi les poètes les plus marquants du XXe siècle. La lecture théâtrale I read that the soul is immortal, organisée par six jeunes actrices du groupe i Nuovi, accompagne les visiteurs dans les espaces de l’exposition sur Jenny Saville exaltant, entre récitations et silences significatifs, les peintures et dessins chargés du geste fort de l’artiste britannique.

« À partir de 2018, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, nous avons toujours essayé de responsabiliser le public sur cette question en mettant l’art au centre des célébrations, car leurs propres langages artistiques et offrent des idées qui ne cèdent pas au discours, mais elles viennent in vivo que tous les effets doivent être déclarés comme une guerre civile », explique Sergio Risaliti, directeur du Musée du XXe siècle. « Cette année, le Museo Novecento accueille l’exposition de Jenny Saville, dont les œuvres ne manquent pas de témoigner à la fois de la beauté et de la douleur subies par les femmes, victimes d’un régime patriarcal qui peut également conduire à des violences physiques et morales insupportables.

Nous voulions terminer la journée par une lecture de jeunes actrices de la compagnie i Nuovi, qui rivaliseront avec des leaders mondiaux de la poésie, comme Anna Akhmatova, Sylvia Plath, Antonia Pozzi et Anne Sexton, dans les vers desquels résonnent les voix de toutes les femmes du monde « . Jeudi 25 Novembre, le public pourra accéder au Museo Novecento de 16 à 20 pour participer à la lecture (entrée gratuite).

Très belle aussi l’exposition qui s’ouvre le 25 novembre à la bibliothèque des Oblats : intitulée  » Comment étiez-vous habillés ? »liée à la campagne d’Amnesty International “#Iolochiedo: le sexe sans consentement est un viol » l’exposition raconte des histoires d’abus placées à côté des vêtements exposés qui entendent représenter, de manière fidèle, les vêtements que portait la victime au moment des violences subies. L’idée derrière le travail est de sensibiliser le public à la violence contre les femmes et de démanteler le préjugé selon lequel la victime aurait pu éviter le viol si seulement elle avait porté des vêtements moins provocateurs. L’exposition restera ouverte jusqu’au 20 décembre.

Un grand engagement sur cette question de la part de toutes les bibliothèques publiques de la florentine cette année nous rappelle la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes avec des suggestions de lecture, des bibliographies thématiques, des présentations de conférences et des livres: de nombreux événements pour apprendre, savoir et réfléchir à ce qui s’est passé au fil du temps et à combien cela arrive encore chaque jour. Parmi les initiatives – qui nécessitent une réservation obligatoire – il y a la présentation du livre « Negretta.

Bisous racistes » de Marilena Umuhoza Delli (Presse de l’Étoile Rouge) à la bibliothèque oblate le 25 novembre à 17h30 qui parle de la violence psychologique que continuent de subir les femmes à la peau noire de nationalité italienne. Également le 25 novembre à 17h30 à la bibliothèque Fabrizio de André rencontre avec Pietro Trapassi auteur du livre « Laura Lanza, La baronne de Carini. Romanzo di Cappa e Spada » (Bonfirraro editore), une histoire de décor sicilien au milieu de la Renaissance consacrée au “premier féminicide d’Italie”.

même jour et même heure à la bibliothèque Mario Luzi femmes, préjugés et violence. Aujourd’hui comme hier, à toutes les latitudes et dans toutes les cultures, la violence à l’égard des femmes est toujours tristement présente: un voyage sur et de femmes fortes et courageuses à travers la lecture à haute voix de textes contemporains: histoires vraies, biographies et autobiographies. Le 23 novembre à 18h30 à la bibliothèque de la Villa Bandini inaugure l’exposition photographique interactive « Lo strappo »: le chemin photographique raconte les phases et les processus intérieurs et extérieurs de l’impact de la violence sur une personne.

Bien d’autres, cependant, sont les rendez-vous dans les bibliothèques, qui présentaient un panneau d’affichage vraiment riche et varié: tous les rendez-vous sur www.biblioteche.comune.fi.it . même les 5 quartiers ont organisé une myriade d’événements disséminés dans toute la ville pour tout le monde.

« Les cinq districts – expliquent les cinq présidents des districts de Florence Maurizio Sguanci (Q1), Michele Pierguidi (Q2), Serena Perini (Q3), Mirko Dormentoni (Q4) et Christian Dance (Q5) – ont créé, avec le territoire, de nombreuses initiatives pour porter les questions liées à la lutte contre la violence à l’égard des femmes impliquant les personnes, des enfants aux associations, aux réalités culturelles de ces besoins sportifs et sociaux. C’est un thème qui doit voir toute l’unité de la ville. Il est important d’avoir une grande attention sur cette question qui ne doit pas s’épuiser avec ces rendez-vous étalés sur plusieurs jours mais qui doit être maintenue en vie tout au long de l’année, pour toutes les années à venir ”.

Parmi les initiatives promues par District 1 figure le rendez-vous du 25 novembre, à 9, via Faenza 103 organisé par Nosotras Onlus qui présente « il nome tuo » – lectures et souvenirs pour les femmes victimes de violence de genre avec accompagnement musical de Shu-Mei Weng et Ciro Zingone. À 15 heures, sur la Piazza Santa Croce, flash-mob organisé par les associations du territoire. Dans le District 2 le 25 novembre à 17 à la Villa Arrivabene aura lieu la présentation du livre “histoire et non histoire de Rossella Casini – la femme qui ne m’a pas laissé devenir” de Sabrina Sezzani.

A l’association Le Curandaie est organisée l’exposition d’œuvres d’art visuel intitulée « Reflets – les hommes dans le miroir ». Toujours le 25 novembre à 16, l’un des bancs de la zone Combs Burresi dans la via Faentina 145 sera peint en rouge comme symbole de la lutte contre la violence à l’égard des femmes. À la bibliothèque Mario Luzi, le 25 novembre à 17h30  » femmes, préjugés et violence. Aujourd’hui comme hier, sous toutes les latitudes et dans toutes les cultures, la violence à l’égard des femmes est toujours malheureusement présente ”.

Un voyage sur et de femmes fortes et courageuses à travers la lecture à haute voix de textes contemporains.

Dans le District 3 Dimanche 21 novembre à 18, le spectacle « Donne » au Teatro Affratellamento de via Orsini 73. Du 23 au 27, l’association APS Echoes, à la Bibliothèque de la Villa Bandini, Via del Paradiso, 5 propose une installation multisensorielle et multidisciplinaire « Lo Strappo ». Vendredi 26 novembre, à 21 heures, « Sibilla una donna molto speciale » avec Dino Castrovilli au Pro Loco de Badia a Settimo, Circolo Boncinelli, Via di Ripoli 209. Samedi 27 Novembre inauguration, à 12, d’un banc rouge dans le jardin de viale Tanini Al Galluzzo. À 15 heures inauguration d’un banc rouge au parc inclusif anconella. Toujours le 27, à 17h30, le spectacle de théâtre de la ferme propose « que faire? »à la bibliothèque de la Villa Bandini, Via del Paradiso 5.

Au Quartiere 4, samedi 20 novembre marchez bancs rouges avec rendez-vous et départ à 9h30 du banc Rouge du parc de la Villa Vogel. À 18 au Arci Islet club: « ensemble avec les femmes afghanes » ” Dimanche 21 Novembre à 18 au concert Limonaia de Villa Strozzi « Sulla mia pelle ». Lundi 22 novembre, à 15 heures, sur le terrain de jeu de la Via Silvestro Lega inauguration banc rouge et banc arc-en-ciel. À 17 ans à la BiblioteCaNova présentation du livre « le féminicide d’Otello à nos jours » de Giovanni Farina.

Mardi 23 novembre, à 19, à l’installation sportive des Guelfes « nous mettons la violence hors jeu – Duccio Dini triangulaire pour Artemisia » ”Mercredi 24 novembre, à 18, au jardin de Pontignale inauguration d’un banc rouge. Jeudi 25 novembre, à 16 heures, à la Salle du Conseil Tosca Bucarelli présentation de l’Association Stalking we Care. Samedi 27 Novembre, à 10, au Jardin de Bindolo (Pont de Greve) inauguration d’un banc rouge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.