Florence, le 19 novembre 2021 – D’Auckland à Amman, de New York à Nairobi, à notre Florence qui, cette année, s’illumine en bleu pour célébrer la Journée Mondiale de l’Enfant et attirer l’attention sur les droits des enfants et des adolescents, à un moment où nous avons tous, plus que jamais, besoin d’écouter leur voix.

La loggia de l’Istituto degli Innocenti sur la Piazza Santissima Annunziata et les portes historiques de la ville ont été colorées en bleu, à l’occasion de l’initiative lancée par l’UNICEF. Lorsque vous allumez la lumière bleue ce soir, Vendredi 19 novembre, sous le Porche des Innocents étaient présents le directeur du Bureau de Recherche de l’UNICEF Innocenti, Gunilla Olsson, le président de la Région de Toscane, Eugenio Giani, le ministre du Bien-être de la Ville de Florence, Sara Funaro, le président de l’Istituto degli Innocenti, Maria Grazia Giuffrida et la directrice générale de l’Institut des Innocents Sabrina Breschi, la directrice Générale de Florence, Intelligente Manuela Gniuli.

Une journée pour les enfants et, en particulier, de la part des enfants, qui est particulièrement significative cette année, alors que vous vous souvenez du 30 anniversaire de la ratification de la Convention relative aux droits de l’enfance et de l’adolescence ” (Convention relative aux Droits de l’enfant) des Nations Unies, adoptée le 20 novembre 1989 et ratifiée par l’Italie en 1991, et fêtera les 75 ans de l’UNICEF. L’Italie a été parmi les premiers signataires de la convention, réaffirmant son engagement en faveur des enfants, précédemment assumé avec la création et le financement du Bureau de recherche Innocenti de l’UNICEF à Florence, basé à l’Istituto degli Innocenti.

” Alors que nous essayons toujours de sortir d’une pandémie qui semble ne pas avoir de fin, des inégalités toujours plus profondes mettent en danger les droits des enfants dans le monde », a déclaré Gunilla Olsson, directrice du Bureau de recherche Innocenti de l’UNICEF. “La semaine dernière, nous avons présenté notre dernier rapport Vite une couleur qui rend compte des expériences et des opinions des adolescents au cours de la première année de la pandémie en Italie. Sur tout ce qui les concerne, les garçons et les filles ont quelque chose à dire, proposant des solutions nouvelles et innovantes aux grands problèmes mondiaux et exigeant haut et fort que les adultes les écoutent. Cette Journée mondiale de l’Infaniza est un avertissement au monde entier pour les écouter dans cette phase de reconstruction post-pandémique ”.

“Pendant six cents ans, d’abord en tant qu’Hôpital des Innocents, puis, en tant qu’Institution, nous avons à cœur les soins et le bien-être des enfants, garçons et filles, ainsi que la protection et la promotion de leurs droits, a déclaré la présidente de l’Istituto degli Innocenti, Maria Grazia Giuffrida – et cette année, nous voulons être les premiers à nous souvenir de ce jour. Le cadre est la « finestra ferrata », un lieu par lequel les enfants ont été confiés aux soins des infirmières, faisant partie de la grande « famille des Innocents ».

Aujourd’hui encore, les mots-clés du travail de l’Institut sont « accueil » et « droits », qui sont étroitement liés: aujourd’hui, à l’intérieur de nos installations, nous accueillons certaines des mères et de leurs enfants qui viennent d’Afghanistan, dans le but de leur donner de nouvelles possibilités et de les faire se sentir chez elles, et avec l’espoir de pouvoir bientôt rejoindre leurs familles d’origine. Les accueillir et leur donner des opportunités devient donc une exigence fondamentale pour que les droits de ces enfants et de leurs familles soient affirmés. Et cela ne peut devenir réel que si, comme nous le faisons déjà, nous continuons à communiquer et à réseauter entre les différentes institutions municipales, régionales, mais aussi nationales et internationales, pour soutenir les politiques en faveur des enfants et des adolescents ”.

« Avec la lumière bleue, le Porche des Innocents et la ville de Florence rappellent aux milliers de visiteurs et d’habitants de renouveler leur engagement envers les enfants de toutes les nations du monde qu’ils ont pris il y a trente ans en approuvant la Convention relative aux droits de l’enfant », a déclaré le président, Eugenio Giani – les droits des enfants sont universels et intemporels, mais l’enfance a beaucoup changé au cours des trente dernières années. Et juste pour faire référence au présent proche, nous savons à quel point la pandémie, le changement climatique, les conflits, ont jeté l’enfance parmi de nouveaux risques, souffrances, privations.

Le devoir que nous avons en tant qu’institutions est de parler de ce qui se passe, de faire connaître, d’informer. Et bienvenue. Dans la réception, un geste aussi ancien que l’homme est synthétisé: ce que l’utérus a toujours fait. Et c’est cet acte humain qui se démarque des actes inhumains et qui fait la différence. Un geste que l’Institut des innocents connaît bien pour l’avoir inscrit dans son ADN. Mais l’engagement de chacun n’est pas de faire en sorte que les enfants et les jeunes se sentent seuls, d’intervenir sur les formes d’inégalité, de diffuser une culture de protection.

Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons, ensemble, offrir aux générations futures un monde meilleur et plus responsable ”.

« Florence a un lien fort avec les enfants – a déclaré la conseillère pour le bien-être et l’éducation Sara Funaro -, avec eux a une relation profonde qui est enracinée dans son histoire. Notre ville a toujours été aux côtés des petits citoyens, surtout les plus fragiles, et de leurs mères. Qu’à l’Istituto degli Innocenti ils trouvent une maison accueillante où le professionnalisme et la chaleur des personnes qui travaillent pour nous font que les invités se sentent entourés d’affection et protégés. L’éclairage spécial du Porche des Innocents et des portes historiques de la ville, est l’occasion de rejoindre l’initiative de l’UNICEF et de garder l’accent sur le monde de l’enfance, en sensibilisant les citoyens à la protection des enfants avec leurs besoins et leurs droits, et sur l’importance du rôle des institutions pour éliminer toute forme de disparités et inconfortables de les laisser se sentir seuls et de leur assurer un avenir meilleur ”.

« Florence est la ville de l’hospitalité et de la solidarité, la ville où sont nées il y a des siècles des institutions qui prennent soin de ceux qui sont les plus fragiles. Florence est aussi la ville lumière que ce soir, avec la couleur bleue, veut rendre hommage à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant « , déclare le président de Florence Smart, Matteo Casanovi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.